Settembre 29, 2022

DotCycle

Se sei interessato alle notizie italiane Today e rimani aggiornato su viaggi, cultura, politica, situazione pandemica e tutto il resto, assicurati di seguire Life in Italy

Un logiciel espion italien aurait servi à pirater des smartphones, selon Google

Voici donc une nouvelle affaire de logiciel espion qui risque de faire scandale. Selone Google, i software di un’impresa italiana specifica per la sorveglianza delle comunicazioni sui servizi di pirateria degli smartphone per lo spionaggio degli utenti in Italia e in Kazakistan. Le géant du web en profite pour condannare une industrie des softwares spion “florissante”.

“Ces sociétés facilient la proliferation d’outils de piratage Dangereux et arment des gouvernements qui ne seraint pas autrement capace de développer ces compétences”, un indicé le géant des technologies dans un communiqué jeudi.

Gli ingegneri di Google sono espliciti per le vittime, per gli utenti di smartphone sotto Android (Google) e iOS (Apple), non per l’installazione di applicazioni malveillantes, qui consentent en suite d’espionner leur activité sur leur mobile ou d’extraire des documenti.

Dans sures cas, les pirates agissent avec la complicité des provider Internet, e le applicazioni somigliano a celles des opérateurs. Sinon elles se font passer pour des messageries, come WhatsApp.

Secondo Google, i software utilizzati sono quelli di RCS Lab, una società italiana che “fornisce soluzioni tecnologiche di punta ai servizi di sécurité pour de la surveillance de communication”, d’après son site web. Elle n’a pas immediatamente reagi à une sollecitation de l’AFP.

Il gruppo californien, qui un’identificazione delle vittime in Italia e in Kazakistan, avoir prévenu les utilisers d’appareils Android infettati e “fait des changements” per proteggere gli utenti. Apple a, de son côté, indicé à l’AFP avoir aussi pris des misure contro gli hacker.


À LIRE AUSSI

Google : tre data center per «soddisfare le esigenze specifiche delle aziende francesi»

READ  Montpellier Rectec Netios è stato acquistato dall'italiano Namiri

Le specter de Pegasus n’est pas loin

A settembre, le fabricant de l’iPhone avait dû riparare in urgenza une faille informatique que Pegasus, le logicheel espion de la société israelienne NSO, était capace d’exploiter pour infecter des smartphones de la marque sans even avoir recourse à des links ou boutons piégés.

Secondo le associazioni di plusieurs qui ont fait sortir au grand jour le scandale d’espionnage de masse via Pegasus en juillet dernier, des dizaines de milliers de téléphones auraint étéfectés, y compris ceux de membri del governo francese.

Gli ingegneri di Google, qui suvran de près plus de 30 imprese del settore, affermano che l’industria del software di spionaggio è “florissante et croît rapidement”. “Nos recherches montrent à quel point les vendeurs de solutions d’espionnage ont propagé ces outils qui étaiten historiquement utilisés seulement par les gouvernements”, détaillent-ils. “Cela rend internet moins sûr et minace la confiance dont ont besoin les utilisers”.

Ils souintrent, en outre, que ces tools, même légaux au concern du droit international, servent souvent à des gouvernements à des fins non-démocratiques, in particolare pour cibler des militants politiques, des journals ou des défenseurs des droits humanas.


À LIRE AUSSI

Google : profit en baisse au premier trimestre