Febbraio 7, 2023

DotCycle

Se sei interessato alle notizie italiane Today e rimani aggiornato su viaggi, cultura, politica, situazione pandemica e tutto il resto, assicurati di seguire Life in Italy

Un Italian de 16 ans découvre une nouvelle étoile “depuis chez lui”

Il n’a pas bis terminé le lycée, ne sait pas bis s’il veut être informaticien, médecin ou astronomer, mais il déjà un grand compimento scientifique à placer sur son CV: la découverte d’une étoile. L’histoire de Lorenzo Sassaro, 16 anni, qui vit près de Vicence, dans le nord de l’Italie, a éveillé la curiosité du Corriere della Sera. E per causa.

Questo astronomo dilettante, che collabora con l’observatoire de Marana di Crespadoro (MarSEC), a identifié une étoile variable (c’est-à-dire dont la luminosity variano dans le temps) dans la nebuleuse de la Carène, à 1 480 années -lumière de la Terre.

“Elle a une température de 10 800 degrés”

Le tout “depuis chez lui”, précis le média milanais. Après avoir raconté comment Lorenzo devenu un associé de l’observatoire situé non loin de son domicile, le Corriere Donne diremente la parole al liceo.

“Puisque à cause du travail lié à l’école, je ne pouvais monter à l’observatoire que deux à trois fois par semaine, en octobre, on m’autorisé à scruter le ciel depuis chez moi, ce que jai started à faire chaque sera”, explique le jeune homme:

“Avant Noël, j’ai découvert une étoile : elle a une température de 10 800 °C, et sa luminosity varia avec une période d’un jour et demi.”

“J’aurais bien aimé lui donné mon nom”

“La découverte de Lorenzo è très importante scientifiquement”, confirme de son côté Stefano Lora, chercheur et responsable du travail du lycée aupres du MarSEC. In collaborazione con il direttore dell’osservatorio, Lora è stata incaricata di comunicare l’esistenza del corpo celeste all’Association américaine des observateurs d’étoiles variable, qui, dopo la verifica, a validé la découverte.

READ  Complementi alimentari : Nutraskills passe sous pavillon italien

Le nouvel astre prendra donc le nom “MarSec2_V2”, ce qui déçoit quelque peu Lorenzo, qui confesse : “J’aurais bien aimé lui donner mon nom”. Une pointe d’amertume legittimo pour ce scientifique en herbe, qui, s’il continue sur cette voie, aura peut-être d’autres occasioni d’apposer son patronyme au beau milieu d’une galaxie.