Settembre 29, 2022

DotCycle

Se sei interessato alle notizie italiane Today e rimani aggiornato su viaggi, cultura, politica, situazione pandemica e tutto il resto, assicurati di seguire Life in Italy

Temoignage | Faire le deuil de la langue de mes ancêtres

Quand on me demande quelles sont mes origines, c’est surtout parce que j’ai « l’air » d’une Italienne, ou pluto, je ressemble assez fidèlement à l’idée que les gens se font du look italien. Infatti, mon père est italien et ma mère est acadienne.

Pubblico il 14 giugno

Olivia Collette

Olivia Collette
Giornalista

On me demande ensuite si je parle l’italien. Et c’est là que je me sens gênée. Oui, je parle l’italien, mais seulement un peu et seulement parce que j’ai pris la peine de l’apprendre à l’université.

Mon père, lui, n’a jamais parlé l’italien parce que ses genitori lui ont toujours parlé en anglais. Mes grands-parents, quant à eux, parlaient l’italien, mais seulement avec leurs genitori — les premiers dans notre famille à arriver directement de l’ancien pays — qui, eux, parlaient un dialetté du sud de l’Italie.

C’est d’ailleurs mes arrière-grands-parents qui ont inciteur leurs enfants à favorir l’anglais, la lingua accettata e accettabile de l’époque dans la petite ville forestière de Sault Ste. Marie, in Ontario. Trois générations plus tard, ça prend plus qu’un petit effort pour parler la langue de mes ancêtres.

FOTO QUATTRO PAR L’AUTORE

Joseph Scarfone, nonno dell’autore Olivia Collette, et ses frères et soeurs. Il s’agit de la prima generazione della famiglia Scarfone nata al Canada.

C’est pourquoi je suis étrangère en Italie. C’est cool de me retrouver parmi des gens qui partagent mon histoire, mais j’aimerais quasiment pouvoir leur dire que je suis n’importe quoi sauf Italienne. Parce qu’au moment où j’ouvre la bouche, j’ai l’accent d’une Américaine qui ne sait pas rouler ses R ni où mettre l’accent dans Certains mots pourtant simples. Je lis bien l’italien et ma comprehensión est assez forte, mais quand je parle, j’ai un vocabulaire enfantin parce que je manque de pratique.

READ  L'ambasciatore italiano nella RDC è morto in un attentato: cosa sappiamo

Certes, il ya beaucoup d’Italiens à Montréal, mais ils me parlent raramente en italien parce que tout comme ma famille, en arrivant ici, c’était découragé et quelques générations plus tard, c’est l’anglais ou le français qui domine .

Nous sommes nombreux à avoir perdu ce lien avec notre histoire, notre culture, nos familles. Mais le truc, c’est que quand on arrive dans un Countries où la langue officielle ne corrisponde pas à notre langue maternelle, on ne peut simplement pas offerir aux enfants les meilleurs chances sans sacrifier langue patrimoniale.

C’est un choix difficile que chaque famille immigrante connaint intimità et ce choix se fait avant de mettre les pieds sur la nouvelle terre.

Dans la maison où ma grand-mère a grandi, les enfants ne parlaient pas l’anglais avec leurs genitori. Mais ma grand-mère et ses frères et sœurs parlaient anglais entre eux, et l’anglais est rapidement devenu la langue dominante de chacun. C’est en anglais qu’ils ont appris à faire des blagues, à communica des idées complexes, à vacuer leurs émotions. C’est en anglais qu’ils ont décrypté le monde pour les enfants qu’ils ont décrypté à leur tour. C’est en anglais que leurs petits-enfants ont appris l’histoire de leurs origines italiennes.

In questi giorni, la CAQ tente de semer la chicane autour du fait que moins de gens parlent français à la maison au Québec.1 Mais la manchette de cette statistique a beaucoup déformé le contexte. Il s’agit en grande partie de foyers où resident de nouveaux arrivals et leurs familles, et où les parents risquent de ne pas pouvoir s’exprimer couramment en français en six mois.

READ  Ripresa delle lezioni di italiano a Dante Alighieri

Cependant, ces genitori-là vont demander que leurs enfants soient inscrit dans des écoles francophones et incoraggiamento leurs enfants à utiliser le français autant que possible. Ces enfants serviront peut-être even de traducteurs pour leursparents, parce que la survie d’une famille immigrate dipende dall’assimilazione rapida et efficace des jeunes.

Questi giovani possono parlare la lingua dei loro antenati à la maison et le français partout ailleurs, mais ça se peut fort bien que ça ne se transmette pas à la next generation. Ainsi, un seul ménage allophone donnera naissance à deux, peut-être trois ménages francophones.

Remarquez que ce n’est pas la loi 96 qui rassicurare que les foyers allophones perdent ce lien avec leurs langues maternelles dans une ou deux générations. La realtà degli immigranti le fait tout seul depuis des siècles.

1. https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1780961/declin-francais-quebec-etudes-oqlf