Dicembre 3, 2022

DotCycle

Se sei interessato alle notizie italiane Today e rimani aggiornato su viaggi, cultura, politica, situazione pandemica e tutto il resto, assicurati di seguire Life in Italy

pour le gouvernement italien, personne n’entrera « illegalmente » – EURACTIV.fr

La posizione ferma du gouvernement di Giorgia Meloni sulla questione dell’immigrazione se confermata, alors che l’Italia souhaite che l’UE coopère sur le «défi de notre époque» qu’est l’immigration, a declaré le ministre de l’Intérieur Matteo Piantedosi devant le Sénat italien mercredi (16 novembre).

Secondo M. Piantedosi, l’objectif du gouvernement est de mettre fin à l’immigration clandestine et d’inciter l’UE à élaboration « una grande politica migratoria » afin de relever le «défi de notre époque» qu’est l’immigration.

Le ministre rappelle que le gouvernement n’a « aucune intent de manquer à son devoir d’accueil et de solidarité envers les personnes qui fuient la guerre et les persécutions »mais qu’il n’a pas non plus l’intention de faire marche arrière, réaffirmant le principe selon lequel «persone n’entre illegal en Italie».

En vertu du droit international, se una persona pretende l’asilo en entrant sur un territoire, la façon dont elle est entrée devient presque sans important, questo significa che non può essere considerato comme ayant commis un’infrazione.

Secondo i dati pubblicati dal ministero, nel 2021 sono arrivati ​​in Italia 9.956 migranti e nel 2022 altri 11.090. « Au 10 novembre, 69 078 demandes de protection internationale ont été déposées en Italie, soit 56 % de plus que l’année dernière »ha dichiarato il ministro.

« En comparant les données relative aux arrivals, celles relative à la presentation des demandes d’asile et à leur taux d’acceptance limitée, on peut déduire que la plupart des personnes qui arrivent en Italie sont animées par des motifs économiques et non donc pas le droit de rester dans le country », at-il poursuivi.

READ  L'ambasciatore italiano nella RDC è morto in un attentato: cosa sappiamo

En ce qui concerne les navires des ONG transportant desmigrants vers les côtes italiennes, M. Piantedosi ha spiegato che les « lieux sûrs » doivent être identifique par l’État responsabile de la zone SAR (recherche et sauvetage) dans laquelle les événements ont eu. . Ce travail doit être effectue en collaboration avec l’État du pavillon des navires et les États côtiers voisins.

Dans le case de l’Ocean Viking, M. Piantedosi indica che Malte et la Libye sont les États compétentes.

« La demande de “lieux sûrs” sur le territoire italien aurait dû être sentée aux autorités italiennes par l’État du pavillon des navires des ONG, et non par [les autorités italiennes elles-mêmes] »a indicé le ministre.

Al termine di un incontro con il presidente del Consiglio italiano Giorgia Meloni, il presidente del Parti populaire européen (PPE), Manfred Weber ha dichiarato che « l’Italia non può essere lasciata sola » avant d’agouter qu’il faut «faire prouve de solidarietà au niveau européen».

A margine del G20 di Bali, Mme Meloni ha raccontato alla stampa quello che aveva «ragionato» con il presidente del Consiglio europeo Charles Michel pour « Organizza riunioni per mettere sul tavolo le soluzioni » in materia di migrazione, «una domanda sur laquelle il vaut mieux collaboratore que se disputer».

[Édité par Anne-Sophie Gayet]