Dicembre 3, 2022

DotCycle

Se sei interessato alle notizie italiane Today e rimani aggiornato su viaggi, cultura, politica, situazione pandemica e tutto il resto, assicurati di seguire Life in Italy

Monica Vitti : une étoile du cinema italiano s’est éteinte

L’attrice italiana Monica Vitti, musa ispiratrice di Michelangelo Antonioni, è morta il 2 febbraio all’età di 90 anni. Elle avait reçu un Lion d’Or pour l’ensemble de sa carrière nel 1995.

« Addio a Monica Vitti, addio alla regina del cinema italiano. Aujourd’hui est un jour vraiment triste, une grande artiste et une grande Italienne disparaît », scrive il ministro della Cultura italiano Dario Franceschini a seguito dell’annuncio della scomparsa dell’attrice. Monica Vitti ha concluso la sua carriera all’inizio degli anni ’90 Scandalo segreto, son premier et unique film en tant que réalisatrice. Atteinte de la maladie d’Alzheimer, l’attrice in pensione per la vie publique dans l’ambiente degli anni 1990, après avoir reçu un Lion d’Or pour l’ensemble de sa carrière alla Mostra di Venezia. Bien avant tout cela, Monica Vitti s’était fait connaître au début des années 1960 pour ses rôles inoubliables chez Michelangelo Antonioni – qui devient alors son compagnon – à principiante par le chef-d’oeuvre qu’est L’Avventura (1960). Suvront La Nuit (1961), L’Eclipse (1962), au côté d’un Alain Delon au sommet de sa gloire, et Rossetto del deserto (1964). Une tétralogie de film diventa cult, non le visage tourmenté et mystérieux de Monica Vitti si condensa in lui seul l’indéniable modernté.

©scorri

La fin de sa relationship avec Antonioni, avec qui elle tourne pour une dernière fois en 1980 dans Il mistero d’Oberwald, ne l’empechera pas de tourner pour les plus grands metteurs en scène de son époque, à l’instar de Roger Vadim (Château en Suède, 1963), Joseph Losey (La modestia Blaise, 1966) o Luis Buñuel (Il fantasma della libertà, 1974). Après la « tétralogie de l’incommunicabilité » d’Antonioni, Monica Vitti renouera avec la venee comique de ses débuts sur les planches, et s illustrera in particolare dans des comédies racconta que La Fille au pistolet (Mario Moncelli, 1968), Moi, la donna (Dino Risi 1971) o bis Dramma della gelosia (1970) il grande Ettore Scola, où elle donne la replica di Marcello Mastroianni. Elle remportera de nombreux prix au long de sa career, dont cinq David di Donatello, l’equivalente italiano di César.

READ  Chronique franco-italienne : Sacrés papiers ces p'tits papiers