Febbraio 6, 2023

DotCycle

Se sei interessato alle notizie italiane Today e rimani aggiornato su viaggi, cultura, politica, situazione pandemica e tutto il resto, assicurati di seguire Life in Italy

L’italien Eni se plie aux exigences de Moscou pour payer le gaz russe

Il colosso energetico italiano Eni ha annunciato martedì l’intenzione di aprire un conto in euro e un altro in rubli da Gazprombank per onorare i pagamenti per l’approvvigionamento russo di gas “nei prossimi giorni” a Mosca.

“L’obligation de paiement peut être remplie par le transfert d’euros” et la nouvelle procédure “ne devrait pas être incompatible avec les sanzioni esistenti” à l’égard de Moscou imposto dalla Commissione europea, assicura Eni in un comunicato.

Il gruppo italiano, controllato al 30,3% dallo Stato, sembra aver contravvenuto alle raccomandazioni della Commissione Europea, secondo cui l’apertura di un conto in rubli costituirebbe una violazione delle sanzioni e costituirebbe una procedura d’infrazione. Bruxelles.

“Tout ce qui va au-delà des orientamenti” données par la Commission aux Etats membres “contreviendrait aux sanzioni”, avait declarée son porte-parole Eric Mamer quelques heures avant l’annonce d’Eni.

Ces indicazioni coerenti à “ouvrir un compte en devises prévés par le contrat, de faire un paiement dans cette vise et de faire une statement en disant que cela clôt le paiement pour la livraison de gaz concernéte”, at-il specificato.

Poco dopo, la Finlandia, candidata all’ingresso nella NATO, ha indicato che avrebbe tagliato il gas russo a causa del suo rifiuto di pagare Gazprom in rubli, proprio come Polonia e Bulgaria.

– Sans la banca centrale russa –

Secondo Eni, le autorità russe hanno confermato che “la fatturazione e il pagamento continueranno in euro” – la valuta pattuita dai contratti -, e “un operatore della Bourse de Moscou effettuerà la conversione in rubli entro 48 ore”. sans intervento de la Banque centrale de Russie”.

READ  L'Italien qui mangeait et dormait à l'œil dans des hôtels s'est finalement fait pincer

Un décret du Kremlin ha introdotto una nuova procedura di pagamento in due fasi, con prima un pagamento su un conto di Gazprombank in euro o dollari, quindi la conversione in rubli su un secondo conto aperto dallo stesso istituto.

Dans un premier temps, ce méchanisme de conversion supponeit una transazione avec la banca centrale russa, que le régime des sanzioni de l’UE interdit.

“Comme demandé par la Commission européenne, le groupe italien a clarifié” aupres de Gazprom “que les obligation de paiement seront considérêtes comme satisfaites par Eni avec le transfert d’euros”, indica le groupe.

Si Bruxelles giudicato à multiple riprese qu’un tel meccanismo di conversione en rubles représentait un contournement des sanzioni de l’UE, des Etats membri soucieux de maintenir leurs approvisions come l’Allemagne et l’Italia ont demandé des chiarimenti par écrit.

“Ce sont les Etats membres qui sont en charge du rispetto delle sanzioni, il revient aux autorités nationales de faire en sorte que les entreprises rispetto alle obbligazioni dans le cadre des sanzioni” adottato dalla Commissione, a fait valoir son porte-parole.

– Eviter la rupture de livraisons –

La décision d’Eni “a été partagée avec les Institutions italiennes”, sottolinea il gruppo, avant d’agouter qu’il s’agitita d’eviter “une rupture potenziale de l’approvisonement” en gaz.

Lo chef du gouvernement italien Mario Draghi s’était declarée mercredi dernier “assez confident” che l’Italia versa il pagatore en mai le gaz russe sans violar les sanzioni.

“Il n’y a pas de déclaration officielle indicante que les paiements violent les sanzioni, il s’agit donc d’une zone grise”, at-il dit devant la presse à Washington.

READ  Maurizio Serra, premier Italien à l'Académie Française

L’Italie est très dépendante du gaz russe car elle importe 95% du gaz qu’elle consomme, dont environ 40% provenaient de la Russie en 2021.

Egalement très dépendante du gaz russe, l’Allemagne assicura il tuo vouloir se conformer aux recomendations de l’UE, mais est restée floue sur l’éventuelle ouverture de comptes en rubles au nom des entreprises allemandes chez Gazprombank.

“Les entreprises paieront leurs prochaines factures en euros”, un assicurato lundi le ministre allemand de l’Economie Robert Habeck, sans toutefois préciser si des comptes en rubles potrouillet être ouverts. Le mécanisme sera en tout cas “conforme aux sanzioni”, selon M. Habeck.