Dicembre 8, 2022

DotCycle

Se sei interessato alle notizie italiane Today e rimani aggiornato su viaggi, cultura, politica, situazione pandemica e tutto il resto, assicurati di seguire Life in Italy

L’economia italiana è aussi malade de ses élites

C’est l’une des conseguenze du premier relèvement des taux directors de la banca centrale europea (BCE) depuis une décennie, anuncement le 9 juin dernier : le taux obligataire italien à 10 ans a bondi à plus de 4 %, soit environ un point et demi de plus qu’un mois plus tôt. Cette hausse subite a réactivé la peur du « spalmare »à savoir l’écart des taux quoque se financent les différences pays de la zone euro qui avait conduc à la crisi de 2011. Si bien que la BCE s’est réunie en urgence, le 15 juin, pour annoncer la mise en place d “un” nuovo strumento anti-frammentazione », sans donner plus de precision. La comunicazione di Cette ha rassicurato i mercati e contribuito a riserrere lo «spread», ma i tassi delle obbligazioni italiane sono rimasti elevati une semaine plus tard (3.70 le lundi 20 juin) illustrando le preoccupazioni dei mercati sulla solvibilità del Paese.

À près de 156 % du PIB, l’endettement public italien est près deux fois plus lourd que celui de la moyenne des paesi de la zone euro. La dette pèse sur l’économie pour trois raisons. La première raison est liée à la politique anticyclique : il devient impossibile de Courir à des manœuvres de deficit budgetité pour stimuler la croissance des revenus. Les deux autres raisons sont strutturalis. Un excédent primaire élevé oblige (a spese égales) à mainteir un prélèvement fiscal élevé et déprime donc le returnement net du capital investi.

D’autres factoreurs entravent la croissance italienne : une économie souterraine qui perdure, de forti disparités socio-economiche territoriali tra il Nord e il South, des méchanismes de decision complexes o encore l’inefficienza de l’État. Comme l’a montré une étude récente comparativa de France Stratégie, l’Italie est, avec le Japon, un des pays les moins administrés du monde, autrement dit un des pays où l’emploi public est le plus faible.

READ  «Calcio, je t'aime», la dclaration d'mour contagieuse au football italiano

« Assenza di meritocrazia »

Più allarga, une studio del 2014, mise à jour en ottobre 2017, signée par deux économistes, Bruno Pellegrino, de l’université de Californie à Los Angeles (UCLA) et Luigi Zingales, de l’université de Chicago, a mis en avant « l’absence de méritocratie comme principale cause du problème de produttività en Italia». Pour les deux auteurs, la gestion des firmes italiennes repose principalement sur un modèle fondé sur la loyauté piuttosto che sur le mérite.

Qui lealtà significa clientelismo, copinage e prevalenza degli accordi di famiglia o di clan (avec une réalité variable du Nord au Sud). Ces 20 dernieres années, les entreprises italiennes ont massivement sub-investi : le volume de leur investissement n’a progressé que de 40 % contre 90 % en France et en Allemagne et 150 % en Espagne. La paura de se développer principalmente parce que les azionisti redoutent de perdre le contrôle de l’entreprise reste très present dans le pays.

Les grands groupes restent eux protégés par un capital rouilleuré, familial et des partecipazionis croisées, beneficiando del sostegno diretto o indiretto dello Stato grazie alla spesa pubblica e alle periodiche svalutazioni. En outre, les corporations du pays sont nombreuses, puissantes et courtisées : des chauffeurs de taxi aux controlleurs aériens, de nombreuses sector de l’administration publique aux camionneurs, des notaires aux producteurs de lait en passant par les agent immobiliers. Ajoutons-y la recherche de rente dans des sector protégés : la construction ou les services publics privatisés (électricité, téléphonie, autoroutes) ; l’évitement de la concorrenza globale, sur les marchés internationaux ; le refus de se focaliser sur des sector émergents nouveaux et risqués (bio-ingénierie, industrie de l’hydrogen), ecc.

La crisi dell’economia italiana è quindi anche una crisi delle élite italiane. Autrement dit, la grande difficoltà per sortir l’économie italienne de sa situation réside dans le fait que les cadres organisateurs du pays sont conditnés par la rente et la yauté, à l’opposé de l’innovation et du mérite qui favorissant la croissance.

READ  Arrestato un mafioso italiano a Saint-Nazi

L’economia italiana ha sofferto nel 2020 più della media dell’area euro (-9% contro -6%). Les pertes ont été conséquentes, in particolare dans le tourisme (-60 % di touristes étrangers en 2020, revenus passés de 44 à 17 miliardi), un settore qui encore nel 2019 représentait le 13 % du PIB italien. La recessione a toutefois pu être relativamente contenue par la résilience de l’industrie.

L’Italia conserva en effet une base industrielle bien più importante que celle de la France : la deuxième en Europe après celle de l’Allemagne. La péninsule ainsi conserva le qualifiche e il savoir-faire importanti. L’Italia resta un pays d’entreprise, qui peut se targuer de compter de nombreuses sociétés de premier plan dans le monde entier. Mais le système ne fonctionne plus et a un besoin urgent de nouvellement.

Sforzo demografico

Oppure, l’Italie reste aujourd’hui jailnière de son declin démographique. La natalité du pays s’est effondrée avec une population qui est passée sous la barre des 59 million d’habitants, avec moins de 400 000 naissances par an. Si rien n’est fait, la péninsule perdra entre 5 et 8 million d’habitants d’ici 2050.

Sur près de 59 milioni di abitanti, 10,5 milioni di ont moins de vingt ans, tandis que près de 20 million ont 60 ans ou plus. Un peu plus de la moitie de la popolazione seulement (52 %) sarà bientôt en âge de travailler, tandis que 32 % cesserà di essere attivo. L’âge moyen, en augmentation rapide, est de 45,7 ans (+2,3 ans depuis 2010). L’âge médienne – le plus élevé de l’Union européenne – est de 43,1 ans, 23 % des Italians ayant 65 ans et plus. Ce vieillissement pèsera sur la compétitivité et la sutenabilité des finances publiques.

READ  La Juventus pourrait rappatrier ce latéral italien |Juventus-fr.com

L’un des issues qui sustigente le plus de proccupations è il nombre de jeunes de 15 à 29 ans fasant partie de la catégorie NEET (Not in Education, Employment or Training). Questo gruppo rappresenta in Italia ora 2,1 milioni di persone, soit une augmentation de presque 100 000 par rapport à 2019, ce qui équivaut à 23% de la popolazione de cette tranche dâge et constitue le worst résultat de tous les Countries de l’Union européenne (media UE : 14 %).

Dans ce contexte, l’Italie est la principale utilizzatoreavec l’Espagne, du plan de relance européen post-Covid Prossima generazione. Degli 807 miliardi di euro mobilitati dall’Unione Europea per gli anni 2021-2027, più 190 sono destinati all’Italia, di cui 65 sotto forma di sovvenzioni (il resto sotto forma di prestiti), ovvero l’equivalente di près de 11 % du PIB réparti sur sept ans.

Cependant, ces dernières années, les administrations centralis et régionales n’ont pas utilisés tous les fonds européens à disposition pour l’investissement public en raison de la préparation deficiente des projets et de la lenteur de leur exécution. Des centaines de millions d’euros n’ont ainsi pas été mobilisés, en particulier dans le sud de l’Italie, faute de capacité à concepier et à gestire i progetti.

Aujourd’hui encore, l’Italie dimostra le difficoltà legate a progetti e finanziatori. Il presidente del Consiglio, Mario Draghi, ei suoi ministri sanno che il Paese giocherà buona parte della sua credibilità in Europa sullo svolgimento dei lavori e sul rispetto delle scadenze. Inoltre, sono consapevoli del fatto che – à moyen terme – la rapida ed efficace attuazione delle riforme strutturali sarà l’unica garanzia di credibilità per attrarre investimenti esteri ed evitare il diffondersi dello “spread”, che ha contribuito ad Declino della crisi della zona euro nel 2011.