Dicembre 3, 2022

DotCycle

Se sei interessato alle notizie italiane Today e rimani aggiornato su viaggi, cultura, politica, situazione pandemica e tutto il resto, assicurati di seguire Life in Italy

le patronat italien rclame des aides de 40 50 miliardi

Milano (awp/afp) – Le patronat italien a réclamé lundi un paquet de mesures d’aids de “40 à 50 miliardi di euro en 2023″ pour faire face à la flambée des price de l’énergie et éviter la bankruptcy de ” milliers d’entreprises” et la perte de “centtaines de milliers d’emplois”.

“S’il ne peut pas compter sur la solidarité européenne pour réduire la facture énergétique”, il prochaine gouvernement de Giorgia Meloni “must resort to d’autres ressources” pour supporter les entreprises, a plaidé Carlo Bonomi, président de la Confindustria, principale organizzazione patronale.

“Je suis plus préoccupé maintenant qu’au début de la pandamiie”, at-il secured dans un entretien au quotidien La Stampa. “Sans industrie, il n’y a pas d’Italie. Si nous fermons des milliers d’entreprises, des centaines de milliers d’emplois sont perdus”.

La fattura energetica delle imprese italiane dovrebbe salire a 110 miliardi di euro nel 2022, rispetto al livello prima della pandemia di coronavirus, di cui 55,6 miliardi pagabili nel periodo settembre-dicembre, secondo un rapporto del Centro Studi Confindustria pubblicato sabato.

Les 40 à 50 miliardi di euro nécessaires l’an prochain “peuvent être trouvé dans les mille miliardi et plus de éposures publiques”, una stima M. Bonomi. Sinon, “un dérapage budgetary peut s’avérer inévitable”.

Il governo uscente di Mario Draghi ha già speso 66 miliardi di euro per sostenere famiglie e imprese di fronte alla crisi energetica, finanziati da entrate fiscali superiori alle attese in un contesto di forte crescita.

Mais le produit intérieur brut (PIB) devrait subir “un léger recul” au second semestre, qui pourrait se pursuivre au premier trimester 2023, selon les prévisions de Rome.

READ  Lo stilista italiano Nino Cerruti è sui dadi

Une telle recession aurait comme effet de diminuer les recettes fiscales et de limiter les marges de manovra du futur gouvernement populiste de la dirigeante post-fascista Giorgia Meloni, vainqueur des législatives du 25 septembre.

Si la Ligue (extrême droite) di Matteo Salvini, l’un des partners de la coalition, réclame des aides de 30 miliardi di euro, Mme Meloni s’est montree réticente face à d’éventuelles rallonges budgetaires, alors que l’Italie croule déjà sous une dette reachintant 150% du PIB.

L’Allemagne è in treno di finalizzare un piano di aiuto energetico di 200 miliardi di euro, qui lui a valu de vives critiche de ses partneren européens, non l’Italia.

afp/ol