Dicembre 3, 2022

DotCycle

Se sei interessato alle notizie italiane Today e rimani aggiornato su viaggi, cultura, politica, situazione pandemica e tutto il resto, assicurati di seguire Life in Italy

Le lycée français vu par une italienne

Formazione scolastica. Depuis ce dimanche 9 octobre et jusqu’à ce samedi, ten lycées italiens découvrent Chaumont et ses alentours dans le cadre d’un échange scolaire avec le lycée de Gaulle. Une lycée livre sa vision des deux systèmes éducatifs.

Marta Avila, lycée italienne, est arivée avec neuf de ses camarades à Chaumont, dans le cadre d’un échange avec le liceo Charles-de-Gaulle. Arrivé ce dimanche 9 octobre, le groupe d’élèves venu de Scordia, ville de Sicile, découvre le lycée “à la française”, mais aussi le Mémorial Charles-de-Gaulle, Le Signe, Langres et les figures emblematiques des Lumières, ou Encore Digione.

Quelques jours après son arrivée, Marta Avila partage sa vision des systèmes éducatifs et français. La principale differenza sta nell’organizzazione della giornata. En Italie, les cours se démoulint sur une demi-journée. Iniziano alle 8:20 e terminano alle 13:20, con una pausa di 20 minuti alle 11:00.

« Nous n’avons pas cours l’après-midi. Quand on a fini, on rentre chez nous pour déjeuner. Après on a du temps libre pour faire les devoirs, du sport ou de la musique », explique dans un français fluide la lycée italienne qui suit une spécialisation linguistique.

Pas de cantine au lycée italien

Ce temps libre, Marta Avila l’a mis au profit du volley et du piano. Tuttavia, elle précis : « Tout le monde ne fait pas du sport ». Par ailleurs, les devoirs prennent plus de temps en Italie qu’en France. « Sur une grosse journée, j’étudie de 15 h à 19 h. Sur une journée normale, je fais mes devoirs de 14 h 30 à 17 h. »

READ  le drapeau italien volé a été retrouvé dans una frattura locale del FESR

Il sistema italiano consente lo sviluppo delle fibre sportive e dell’artista degli elementi, l’insieme dei momenti e degli spazi di convivialità. « En France, j’aime beaucoup les moments de temps libre. A Charles-de-Gaulle, il ya beaucoup d’espaces extérieurs et intérieurs pour les moment de pause », remarque la lycéenne. Elle ajoute : « Dans mon école, il n’y pas de cantine ». Et sfumatura: « Mais nous avons beaucoup de laboratoires pour les course de langues, de physics ou de chimie ».

L’apprentissage des langues portes ses fruits

Vu par le prisme français, un laboratoire pour un cours de langue parait quelque peu atypique. « On nous met à disposition des ordinateurs. Ça nous permet d’écouter les langues et de faire des exercices différents », explique la lycée italienne, toujours dans un français remarquable.

Ces laboratoires explicareient-ils le succès de l’apprentissage du français di Marta Avila? Dur de le definir, car ce n’est pas la seule différence entre les deux pays. En Italie, i corsi sont dispensés par un professeur italien, accompagé d’un professeur natif du pays de la langue apprese. L’oggetto è mutato nel pouvoir cambia nell’orale per amélieror la pratique de la langue. Chaque semaine, Marta Avila si adatta 3 ore di corso d’inglese e 4 ore répartis entre le français et l’espagnol.

Giulia Guinamar

j.guinamard@jhm.fr

Un échange scolaire né d’une amitié

« Avec la professeur du lycée de Scordia, nous nous sommes rencontees dans le Nord-Pas-de-Calais. A l’époque, j’étais professore stagiaire et elle était assistant d’italien. Nous avons gardé contact et initié cet échange en 2019», spiega Cécilia Brisset-Gilbert, professeur d’italien au liceo Charles-de-Gaulle. A peine commencée, cet échange a été perturbé par la crisi sanitaria. En 2020 et 2021, le lien a ainsi été été gardé été résistance a distanza.

READ  Un village italien, sa sexiste «fête des hommes» et son infâme concours de mangeuses de bananes

« Nous avons maintenu l’exchange de manière virtuale. Nous avons trouvé ça importante de garder un lien entre les deux établissements. Nous avons donc préparé des cours collaboratifs. Les élèves travaillaient dessus en binôme franco-italiano. »

Si cette année les lycées italiens ont pu découvrir Chaumont, la Covid a continué à perturber le program. « Normalmente, les corrispondenti devaient aller dans les familles d’élèves de Terminale, mais il ya eu de nouveaux cas de Covid. Su un dû sorganiser avec d’autres élèves du lycée qui pouvoir les accueillier. »

liceo