Settembre 29, 2022

DotCycle

Se sei interessato alle notizie italiane Today e rimani aggiornato su viaggi, cultura, politica, situazione pandemica e tutto il resto, assicurati di seguire Life in Italy

le linguiste Luca Serianni et l’écrivain et critique littéraire Pietro Citati

Linguiste de renomnie mondiale, académicien de la Crusca (l’académie de la langue italienne), membre des Lincei, Luca Serianni est mort à 74 e 21 juillet après avoir été investi quelques jours plus tôt à Osie.

Né à Rome en 1947, après avoir obten un diplôme en littérature en 1970 avec Arrigo Castellani, il avait très tôt sa career universitaire, en tant que professeur d’histoire de la langue italienne aux universités de Siena, puis de L’Aquila et de Messine, pour devenir professeur titulaire à Rome, dove ha insegnato dal 1980 al 2017.

La passione per Dante e la lingua italiana

Ces dernières années, il vissuto à Ostie, où il continuato à être très actif sur le plan culturel et social, donnant des conférences sur la Divine Comédie, un des ses sujets de prédilection.

Il est auteur de nombreux saggi et livres de grammaire, et a mené des recherches sur diversi périodes et aspetti de l’histoire linguistique italienne, au cours de sa longue période d’enseignement (38 anni).

L’enseignement comme « servizio »

Il était aimé par ses étudiants (il en comptait 5 000), comme cela a été dimostrato par les nombreux messages sur les réseaux sociaux. « Ceux qui ont choisi d’être enseignants parient sur leurs élèves », avait-t-il dichiarato lors de son discours en 2017, année de sa dernière conférence pour la conclusione de sa career de professeur. « Celui qui a choisi d’être enseignant ne peut pas s’offrir le luxe d’être pessimiste ».

En effet, selon Ansa, il considerait « sa profession comme un service, un devoir constitutionnel, un précepte à remplir envers ses élèves ». Et il disait : « Pour moi, les garçons, vous représentez l’État ».

La critica letteraria militante

Un autre Italien illustrato est decédée le 27 juillet. Il s’agit de l’écrivain, saggio e critica letteraria Pietro Citati, qui avait 92 ans.

READ  Les misters dun oratorio italien exhumé de la bibliothèque de Lyon

Nato a Firenze nel 1930, trascorre l’infanzia e l’adolescenza a Torino. L’était diplôme en littérature moderne de la Normale de Pise et a ha collaborato en tant que critique avec des magazines renomnes tels que Il Punto, L’Approdo et al Paragone. Par la suite, l’également collaboré avec les journaux Il Giorno, Il Corriere della sera et al La Repubblica en tant que critica militante.

L’écrivain et biographe

Citati a dedicò la sua vita allo studio e alla scrittura, in particolare allo studio del mondo antico e alla scrittura di biografie di grandi personaggi della letteratura, da Manzoni a Kafka, da Goethe a Tolstoï.

Son travail a été salué par de nombreux prix. En 1970, il a reçu le Viareggio (prestigieux prix littéraire italien) pour Goethe (Mondadori) et en 1984 il Premio Strega avec Tolstoj, publié par Longanesi (aujourd’hui au catalog Adelphi). Nel 1991 ha ottenuto il Prix Médicis étrangers pour Histoire qui fut heureuse, puis douloureuse et funestepubblicato nel 1991 da Gallimard e tradotto da Brigitte Pérol.

Le philologue ami des écrivains

Bien établi dans le monde de l’edizione et de la critica giornalistica en Italia, il était également devenu l’homme de confiance di Carlo Emilio Gadda, comme nous l’apprend l’épistolaire publié par Adelphi.

En tant que philologue et président, il avait également travaillé à la Fondazione Valla qui, au fil des ans, a réédité les grands textes du monde classique (latin et grec) dans des éditions philologiquement précis.

Alcuni suoi scritti sono stati raccolti e pubblicati nel 2006 in un Meridian (a très prestigio et raffinée publié par Mondadori et inspirée de la Pléiade), intitolato La civiltà letteraria europearedatto da Paolo Lagazzi et conçu par l’auteur lui-même.

READ  Pour cyclisme Italian, sul Giro ce n'est plus Dolce Vita

Crediti foto : Luca Serianni via Twitter