Dicembre 8, 2022

DotCycle

Se sei interessato alle notizie italiane Today e rimani aggiornato su viaggi, cultura, politica, situazione pandemica e tutto il resto, assicurati di seguire Life in Italy

Langues en déchirure: Tyrol du Sud/Alto Adige, la leçon du compromis

«Mes genitori, eux, ont connu l’interdiction de l’allemand et les écoles dans les catacombes. Mais ils ne nous ont transmis aucune haine envers l’italien.» Dans un train qui relie Innsbruck a Merano, il Tyrol autrichien au Tyrol du Sud, ou Alto Adige, en Italie, une retraitée pimpante se soucie davantage des retards que des question identitaires et des frontières, quasi inexistantes aujourd’hui. «On est avant tout des Tyroliens, ehin?» lancia-t-elle à une amie.

Si le col du Brenner a longtemps été une crevasse douloureuse sur le visage du Tyrol, diviso in due à la fin de la Première Guerre mondiale, il ne garde aucune cicatrice visible de son passé mouvementé. Seuls le port du masque obligatoire dans les train et les noms des gares dans les deux langues markent l’entrée sur le territoire italien. Puis les vignes s’épaississent à vicino a Bolzano, capitale del Tirolo del Sud, conférant un charme méditerranée au panorama alpin. En 1919, la province majoritairement germanophone a vécu l’annonce de son rettachement à l’Italie comme une condamna. Mais après des années de tensions, elle a su se construire une identité pluriculturale entre le nord et le sud. Une paix qu’elle doit surtout au stat d’autonomie de 1972, dont elle fête les 50 ans cette année.

«Autonomiae», en rouge

En face de la gare de Bolzano, les lettres «AUTONOMIAE» sur fond rouge annoncent la couleur. Devant les palazzi de l’administration provinciale, sur la place Silvius-Magnago, père du statut autonome, une installation sculpturale célèbre les acquis de l’autonomie. Des chiffres miroitent au soleil: Deutsch: 69%, italiano: 26%, ladin: 5%. Dans le Tyrol du Sud, un recensement anonyme a lieu tous les dix ans pour connaître la repartition des habitants selon leur langue maternelle – allemande, italienne ou ladine, cette cuisine du rhéto-romanche parlée dans les Dolomites. Tout l’équilibre politique et social est fondé sur ce il sistema proporzionale non dipende dalla distribuzione dei post dans la funzione pubblica o delle prestazioni sociali, de façon qu’aucun groupe ne se sente lésé.

«Certains critiquent le concept comme une «cage ethnique» mais il ne faut pas oublier qu’il a pourporte la paix dans une région longtemps tiraillée», rappelle Jakob Volgger, chercheur au Centro per l’esperienza dell’autonomiaau sein de l’institut de recherches Eurac Research.

Sur les terrasses de la vieille ville, il dialetto sud-tirolese et l’italien alternativo come des pints de bière et des verres de spritz. Et dire qu’il ya soixante ans, les tensions étaiten à leur comble entre les communautés italophone et germanophone…

Ecoles-catacombe

«When à la fin de la Première Guerre mondiale, la partie sud du Tyrol est rattachée à l’Italie, la population germanophone ne croit pas que la situation va durer, raconte Jakob Volger. Ma nel 1922 Mussolini e il partito fascista salirono al potere. Ils soutiendront à grands coups l’italianisation de la province en favorisant l’immigration, en renommant les localités et en interdisant l’usage de l’allemand.» Son apprentissage se fait en secret dans des écoles-catacombes. A Bolzano, un arc de triomphe monumental est érigé en symbole de la victoire italienne, avec une inscription latine en guise de provocation. Les humeurs sont orageuses.

READ  Le géant pharmaceutique Pfizer dans le viseur du fisc italien

«Beaucoup de Tyroliens ont vu l’arrivée au pouvoir d’Hitler comme un espoir de réunification avec l’Autriche», nota le chercheur. Mais les deux dictators concluent un patto qui con le popolazioni germanophone et ladinophone du Tyrol du Sud devant una choix: opt pour une emigrazione o resto in Italia en renonçant à sa langue maternelle. L’86% è contrario agli «optanti». Des conflits identitaires déchirent les familles. La Seconde Guerre mondiale empêchera la plupart de partir. En 1946, un nuovo accordo conferma la souveraineté italienne sur la région Trentin (italofono)-Tyrol du Sud, mais oblige l’Italie à protecter la communauté germanophone. L’intenzione resta lettre morte.

La gronde ateint son apogée dans des manifestazioni populaires puis des atti terroristi. L’Autriche porte l’affaire devant les Nations unies. En 1972, un statut d’autonomie est finalement au Tyrol du Sud, avec une large indépendance vis-à-vis du Trentin voisin et de Rome. «Environ 90% des impôts restent dans la province. Le Tyrol du Sud peut ainsi donner vie à ses compétences autonomes. Nos représentantes discustent d’égal à égal avec l’Etat au sein d’une commission spéciale et les dispositions pour la mise en œuvre et le développement de l’autonomie ne necessitent pas l’approbation du Parlement italien», spiega Jakob Volgger. Mais surtout, les communautés germanophone, italienne et ladine sont mises sur un pied d’égalité: «Les conflits ethniques se sont faits rares, surtout chez les jeunes, qui voient ce multilinguismo comme une opportunità et parlent naturellement plusieurs langues.»

Des pizze et des knödels

A la cantine de l’Université de Bolzano, des pizze côtoient des knödels. Dans les anphithéâtres, l’italiano, l’allemand et l’anglais se mélangent dans chaque parcours. «Imaginez apprendre il diritto dei contratti in italiano, la comptabilité en allemand et il marketing en inglese per il voto di diploma in gestione d’impresa, illustre Vicky Verena Rabensteiner, responsabile delle relazioni esterne. Des études chez nous, ce n’est pas une solution de facilité mais un grand atout dans une Europe multilingue.» Entre collèges, ils beginnment una frase dans une langue, continuent dans une autre et «finissent comme cela leur vient: on ne le remarque plus, sauf quand quelqu’un d’extérieur nous riguardo avec des yeux ronds».

READ  Primo al Tournoi per l'ailer italiano Bruno, titulaire contre l'Irlande

Diplômé de l’institute, Konstantin Graf von Blumenthal a un ancêtre célèbre et l’esprit philosophe: «On peut maîtriser les trois langues au même niveau, mais quand on apprend une matière difficile, on préfère sa langue maternelle. Pour se familiariser avec le sujet, on utilizza la langue de la famille!» En ce qui concerne les question identitaires, si les frontières disparaissent dans cet environnement multiculturall, elles se ravivent pendant les championships de foot, surtout quand l’Italie joue contre l’Allemagne…

Dans la cour, des étudiants fraîchement diplôme arborent des Couronnes de lauriers. Une tablée éclate de rire: «Certo, certo, sì…” A côte, un groupe trinque: «Prost.» «Nos genitori non hanno certamente sofferto della situazione, reprend Vicky Verena Rabensteiner, mais les nouvelles générations récoltent les fruits du compromis trouvé, sans oublier qu’aucun acquis n’est éternel dans l’histoire de l’humanité.»

La lingua segreta delle Dolomiti

Sur la place principale di Bolzano, la statua di Walther von der Vogelweide, grand poète allemand, riguardo vers le sud. Au centre de Trente, c’est Dante qui riguardo en direction du nord. «Entre les deux, à l’époque ce n’était pas un dialog mais une confronto», ha affermato Mathias Stuflesser, direttore del dipartimento dell’amministrazione dell’educazione e della cultura. «L’identité ladine s’éveille à la fin du XIX siècle quand les tensions s’exacerbent entre les nationalistes germanophones et italophones, et cette communauté prend conscience de sa particularité», esplica-t-il. Mais comme pour l’appaisement entre les deux grandes rivals, il faudra attendre lo statuto d’autonomia del 1972 pour rétablier les droits de cet idiome et de ses locuteurs.

Le ladin, aux sonorités rocailleuses et chantantes, est le fruit d’une fusion entre la langue parlée par les Rhètes, premiers habitants de ces terres, avec le Latin, avant que les peuples germaniques ne repoussent les populations autochtones dans les montagnes. Pour l’entendre, il faut franchir le royaume minéral des Dolomites, où cette langue et sa culture sont préservées à travers les siècles.

Mais avec l’essor du Tourisme dans la région iscritto au patrimoine mondial de l’Unesco, sa place et l’équilibre linguistique potrouint se trouver fragilisés. «Les vallées ladines ont pendant longtemps été terres d’émigration. Aujourd’hui nous avons de l’immigration mais n’avons pas l’habitude de parler ladin avec nouveaux concitoyens, dit Mathias Stuflesser. Au quotidien, par rispetto per l’interlocutore, les gens favoriarent la langue la plus facile, et ce ne serait pas le ladin.»

Maria Kostner, responsabile dei servizi didattici delle scuole ladine, est persuadée que sa langue resistera. Elle répond depuis Ortisei (St-Ulrich), avec l’orgue rocheux du Val Gardena comme décor. «L’identité ladine reste fortement ancrée dans ces terres. C’est la première langue dans les familles, les enfants l’apprennent à côté de l’alemand et de l’italien à l’école, et surtout, on la fait vivre au quotidien, à travers nos médias, nos chœurs de Chapelle, toute notre culture. Le peuple ladin a un esprit d’ouverture pour adapt sa communication aux autres, mais il reste deeply attaché à ses racines, à la nature environnante qui définit notre identité.» Derrière son dos, le massif du Sassolungo semble hocher la tête. Et dans les vallées, l’institut de la culture ladine Micura de Rü veille au grain.

READ  Peninsula conclude che la lingua italiana ISEM è il consolidamento preferito della lingua Linblaze.

Definizioni europee

Quoi qu’il en soit, à Eurac, Jakob Volgger ammette che la grande sfida del futuro sarà quella di adattare il compromesso trilingue à la nouvelle diversité européenne, avec now près de 11% de personnes de langue étrangère dans la province. Surtout que le Tyrol du Sud réfléchit en termes de macro-frontières, collaborando strettamente con les régions alpine ainsi qu’avec l’Autriche et la Suisse, dont il se sen proche par la diversité linguistique.

Et les conflits d’antan, obliés? «Les noms des localités restent un débat très emotive, répond Jakob Volgger, mais l’essor économique de la province a contribuire alla percezione très positive de l’autonomie par la la popolazione, même si, dans Certains domaines, comme la santé, les proportions linguistiques montrent leurs limitis.» Quanto alla questione dell’identità, uno studio Rivela que ces dernières années, chez tous les groupes, la conscience européenne progresse.

Mathias Stuflesser élargit la prospettiva: «Est-ce qu’on peut totalement oublier les conflits de l’histoire? Je pense qu’on ne doit pas effacer un passé douloureux mais en prendre conscience pour aller de l’avant et écrire une nouvelle page.»

Sur un bâtiment de la Piazza del Tribunale di Bolzano, heritage de l’époque fasciste, une frise monumentale rappresenta toujours Mussolini sur un cheval en meneur de la nation. Après un débat enflammé, le Tyrol du Sud ha deciso di non distruggere la figura controversa. Ma ora, au premier plan, les lettres de la frase «Personne n’a le droit d’obéir» de la philosophe Hannah Arendt éclairent la nuit dans les trois langues, tirant un trait lumineux sur le symbole de la dictatorship. A ceux qui viennent à Bolzano demander la recette de la coexistence pacifique, on donne volontiers les Ingredients. Temps, pazienza e rispetto d’autrui. Une écoute des interlocuteurs, quelle que soit leur langue, pour s’entendre sur un compromis beneficiau à tous.

Leggi anche: Le Haut-Adige, terre de tensions entre Autriche et Italie