Agosto 11, 2022

DotCycle

Se sei interessato alle notizie italiane Today e rimani aggiornato su viaggi, cultura, politica, situazione pandemica e tutto il resto, assicurati di seguire Life in Italy

Escapade linguistique franco-italienne : Mamma mia, mais c’est épouvantable !

Encore une fois, les langues française et italienne témoignent bien à quel point les deux peuples transalpins sont cugini. A découvrir à travers cette « épouvantable » escapade linguistique !

En italiano, per questo dit paura ma anche strizza dans un parler de tous les jours; le mot designate d’abord le spasme intestinal stimulé par une frayeur forte ou soudaine, puis la peur elle-même. La peur, c’est aussi l’irréfrénable et familière cacarella, non immaginare bien la cause et les Damage. Trop pipi caca ces Italiens ? Eppure, cugini comme nous sommes, il serait étonant que ces images ne current pas chez nous. Pas de mystère avec les populaires pétoche (peur) et péteux (peureux) qui dérivent directement du mot «pet». Un tour de dictionnaire nous en donne d’autres, identiques et même pires, en seulement moins visibles. Dans un français d’il ya des siècles, le mot trouille significa « colique » puis, cette fois (hé hé) « gros pet ». Et tout porte à creire que le mot frousse serait issu d’un Certain fluxa désignant un flux de dysenterie, ne laissant planer aucun doute sur l’émotion et les remous intestinaux qu’elle engagement. A propos, « avoir la frousse » se dit prendere uno spaghetto, letteralmente «prendre un spaghetti». Un spaghetti tout cru tout dur alors, fatto exprès pour faire mal partout il passera? Deux hypothès plus probables: une personne effrayée se tordrait comme un spago (une ficelle) se tortille, ou bien, avec les mots rien d’impossible, il pourrait s’agir d’une alterazione tarabiscotée du mot Impaurito (épouvante).

READ  Europeo, Olimpico...

Autour de nous, mille et une créatures fétides donnant la chair de poule, la pelle d’oca, la peau d’oie, comme disent les Italiens un peu à la Marsigliese, passant à une volaille plus grosse pour bien montrer le frisson. Que de bau! (bouh) sont remontés de dessous nos sommiers, parfaites cachettes à loup-garou et lupo mannaro ! Frères de cœur et de sang sauf pour une différence. Autrefois, garou tout seul significati homme-loup, ce qui en fait ici une bête doublement fauve. Le contraire pour mannaro: Venu d’un umano latino (humain), il compose le parfait hybride docteur Jekyll et mister Hyde. Mais rien ne change à la terreur que leur nom évoque chez les petits. Il fallut attendre l’ère des dessins animés pour qu’ils osent narguer le grand méchant loup, lupo cattivo. Les enfants de Français avec un nasillard Qui craint le grand méchant loup ? C’est p’t’être vous, C’est pas nous! Les enfants d’Italiens, sur les mêmes notes mais sans oser citer l’animal: siam tre piccoli porcellin, siamo tre fratellin, mai nessun ci dividerà (nous sommes trois petits cochons, nous sommes trois petits frères, jamais personne ne nous séparera).

La fée carabosse et sa voisine la Befana

Toujours la nuit, toujours quand nous sommes seuls, les doigts crochus de deux vieilles malfaisantes grattent aux fenêtres. Aiuto (al secondo) ! La fée Carabosse, dont on ne sait pas trop ce que le nom significa (en tout cas, bosse et cabosse, on n’y entend rien de bon), dispensatrice de mauvais dons. Et sa voisine la Befana, que l’étymologie fait discendere d’Epiphanie (la dame n’apparaît que le 6 janvier) et qui, en guise de cadeau empoisonné, ofre du charbon aux enfants désobéissants. Puis des messieurs guère ragoûtants. Le croquemitaine (dont l’origine incertaine est aussi disparate qu’une liste de course, mitaine étant tour à tour le chat, le gant, la gifle…), babàu en italien (bau voulant dire ouah!) et uomo nero (uomo nero). Tous nous ont fait trembler depuis nos plus lointaines berceuses: questo bimbo a chi lo do ? Lo darò alla Befana che lo tiene una settimana; lo darò all’uomo nero che lo tiene un anno intero (à qui vais-je donner cet enfant? Je le donnerai à la Befana, qui le garde une semaine; je le donnerai à la Befana; l’uomo nero, qui le garde toute une année). Prions que les nounous d’aujourd’hui aient change de répertoire! Puis l’orco, l’orco, le roi des rois des méchants (une même racine étrusque se situe à l’origine des mots ogre et césar, associant le monstre et le monarque depuis la nuit des temps). La créature aux narines frémissantes hume la bonne viande à des lieues à la ronde: ucci ucci sento odore di cristianucci (letteratura ucci, uccije sens une odeur de petits chrétiens) l’equivalent, argh et ouille, de notre ça send la chair fraîche tout aussi cannibale.

READ  Il golfista è l'italiano italiano rimpatriato

Mano cornuta et Cornes du diable

Bon, alors là, fuyons! Ou fouillons vite dans nos grigris pour y conjurer l’effroi. Épouvanttail? Trèfles à quatre feuilles ? Fer à cheval? Gentillets, vieillot, périmés. Le catalog italien ci invitano à du meilleur et bien corse. Un des plus cours pour une protection de 24 heures, la mano cornuta ou simplement corna (chez nous cornes ou cornes du diable) que l’on executre poing fermé, index et auriculaire tendus: on dit qu’elle garde toute son énergie qu’elle soit sous forme de geste ou d’objet, pendentif, bracelet , porte-clés. Du più forte? Les ogres sont durs de la comprenette, ce qui nous laisse le temps de leur adresser un beau bras d’honneur libérateur, gesto dell’ombrello en italien, letteralmente geste du parapluie parce qu’il évoquerait un bras replié sur lequel accrocher un parapluie. Accompagnons-le d’un beau tié ! (tiens!) napolitain qui en décuple chaque effet. Et puis, surtout, surtout, déguerpissons quand même tout de suite après de toutes nos jambes !