Dicembre 3, 2022

DotCycle

Se sei interessato alle notizie italiane Today e rimani aggiornato su viaggi, cultura, politica, situazione pandemica e tutto il resto, assicurati di seguire Life in Italy

EdF (M) | La France se sort du piège italien

Malmenée en début de match, l’équipe de France a parfaitement redressé la barre par la suite pour s’impose sans trembler en Italie cet après-midi (40:29).

Face à des équipes less huppées, le piège pour l’équipe de France est souvent le même. Se mettre au niveau de son adversaire, le laisser verser dans l’euphorie et se retrouver en difficoltà, obligé de batailler dans une rencontre qui sempillate, sur le papier, simple.

Que ce soit jeudi, à Poitiers face à la Lettonie, ou, dans une moindre mesure, en Italie ce soir, les hommes de Guillaume Gille ont parfaitement géré leur affaire. Dans une salle de Pescara remplie à ras bord, les Italiens ont démarré la rencontre tambur battant. Et profitant des pertes de balle tricolores, ils ont même pris trois buts d’avance à la dixième minute, grâce à Pablo Marrochi.

Mais, en surrégime, les locaux n’ont pas tenu le rythme. Quant à eux, les Français n’ont pas panicique. La force de Timothey N’Guessan avait permis à tout le monde de ne pas prendre l’eau, l’entrée de Nikola Karabatic, au quart d’heure de jeu, a remis tout le monde dans le bon sens. Moins de vitesse, moins de folie aussi peut-être, mais plus d’application.

Et à partir de ce moment, les coéquipiers d’un Andrea Parisini parfait (7 buts) n’ont plus eu voix au chapitre. Valentin Porte n’a presque rien raté en contre-attacke, Dika Mem a allumen les mèches de loin et résultat, malgré un dernier échec de Hugo Descat, les Bleus avaient six longueurs à la pause (18:12).

READ  le staff de Tudor avec un forte accento italiano!

La seconde période, à sens unique, allait s’étirer comme un jour de pluie, permettendo a Guillaume Gille de faire tourner. Préservé jeudi, Nicolas Tournat se mettà en évidence con sette gol, profitant des monées de balle poussées par son coéquipier à Kielce, Nédim Rémili.

Au final, une victoire de onze buts, et des difficoltà à tirer des enseignements face à des adversaires aussi faibles. L’essentiel è tuttavia preservato: deux victoires, un groupe qui ne manque pas d’automatismes après six mois sans se retrouver, et des pépins physiques limitées à la seule wounder de Kentin Mahé jeudi soir.