Febbraio 6, 2023

DotCycle

Se sei interessato alle notizie italiane Today e rimani aggiornato su viaggi, cultura, politica, situazione pandemica e tutto il resto, assicurati di seguire Life in Italy

Deux-Sèvres: un prêtre italien suspendu pour agressions sexuelles

Pour l’heure, aucune enquête ne devrait être ouverte par la Justice française, selon le diocèse de Poitiers. Les faits auraint eu lieu durant les années 1990.





Fonte AFP


Les faits auraint eu lieu alors que le prêtre officiait au Brésil.
© Jean-François FREY / MAXPPP / PHOTOPQR/L’ALSACE/MAXPPP

L’archevêque de Poitiers, Pascal Wintzer, ha annunciato la sospensione di un sacerdote italiano di Deux-Sèvres qui lui avoué avoir «commis des agressions sexuelles sur des mineurs» dans les années 1990 au Brésil, a appris l’Agence France-Presse vendredi 9 dicembre. Le père Gabriele-Arcangelo Biagioni, prêtre de la paroisse de Saint-Junien en Mellois, est «venu spontanement» se livrer aupres de Pascal Wintzer, indique ce dernier dans un communiqué.

« Rien n’est accennato, ni sur ce sujet ni sur son ministero au Brésil, dans le dossier qui le concerne à l’archevêché », ajoute le prélat, qui a « informé le parquet » de cet aveu. Cependant, le pretre étant italien et les faits « commis à l’étranger », aucune pourcourage ne pourra avoir lieu en France, selon l’archevêque.

Le père Gabriele-Arcangelo Biagioni a été suspendu depuis le 7 décembre, « interdit de tout ministère public » et interdit d’entrer en « contact avec les mineurs ». Mons. Wintzer assicurò n’avoir eu connaissance d’aucun fait d’aggression le concernant en France. « Je mesure l’importance de rendre publiques de telles décisions, avant tout pour protecter des personnes qui potrouillet être vittime » ajoute-t-il, invitando toute personne ayant des doutes sur les actions de ce prêtre lors son ministère en France à en parler aux «autorités compétentes».

READ  Albi. 32 itlives italians au lycée Bellevue

Il ya un peu plus d’un an, le rapport sauvè avait ha dimostrato l’ampleur de la pedocriminalità au sein de l’Église catholique française depuis les années 1950. Ce rapport estimait à environ 330 000 le nombre de victimes agressées alors qu’elles étaiten mineures.

À LIRE AUSSIESCLUSIVO. Barbarin : « Je resterai celui qui n’a pas… »