Dicembre 3, 2022

DotCycle

Se sei interessato alle notizie italiane Today e rimani aggiornato su viaggi, cultura, politica, situazione pandemica e tutto il resto, assicurati di seguire Life in Italy

des films néoréalistes jusqu’aux films politiques des années 70

Le cinema italiano a connu un âge d’or durant les deux décennies de l’après-guerre, avant de connaitre un déclin rapide. Au micro d’Albane Penaranda, Mathias Sabourdin parle de “figlio ossessione cinéphilique” pour comprendre cette énigme du cinéma italien : comment après avoir produit des films qui ont marque l’histoire, tels que Rocco et ses frères tu La dolce vita, celui-ci s’est effondré si vite dans les années 80 ? Directeur de la photographie et enseignant, Mathias Sabourdin ha diretto il collettivo editoriale Dictionnaire du cinéma italien : ses créateurs de 1943 à nos jours, scritto insieme a Marie-Pierre Lafargue e Olivier Maillart.

Marie-Pierre Lafargue, évoque les deux films qui marquent le début du néoréalisme italien en 1943, en pleine guerre, moment historique charnière. “Visconti sort de Rome vers Ferrare dans la plaine du Pô pour tourner “Ossessione” (“Les Amants diaboliques”) dont on dit que c’est le premier film néoréaliste. Un film qui va lever un voile sur la réalité de l’Italie , film cupo e sulfureo.” Puis en 1945, ce sera le film Roma ville ouverte di Roberto Rossellini.

Le néoréalisme est une sorte d’élan, de désir de rupture, ce n’est pas une école

Elle explique que “le néoréalisme est plus une sorte d’élan, de désir de rupture, ce n’est pas une école, pas une esthétique particulière…une envie de témoigner d’une autre Italie, de s’emparer d’un territoire, de dire le peuple italien dans sa diversité, de rompre avec une periode de mensonges et de comédie légères, qu’a été le cinéma italien pendant une grande partie du fascisme, avec les téléphones blancs”.

Mathias Sabourdin e Marie-Pierre Lafargue parlano del cinema di Visconti, Vittorio de Sica, Monicelli ou Comencini e sottolineano l’influenza delle commedie à l’italiana dans le années 60.

Ils concluent avec le cinéma des années 70 : le ton change, les films sont more politiques, notamente : Affreux sales et méchants, La Grande Bouffe ou Le Grand embouteillage.

  • Par Albane Penaranda
  • Realizzazione Virginie Mouthé
  • Nuit Cinéma italien – Entretien avec Mathias Sabourdin et Marie-Pierre Lafargue 1/3 (1ère diffusione: 24/05/2015)
  • Edizione web: Véronique Vecten, Documentazione Sonore de Radio France
  • Archivio Ina-Radio Francia



17 minuti



5 minuti

Retrouvez l’ensemble de la Nuit

“Les âges d’or du cinéma italien des années 30 aux années 60”

READ  "Mi sento un po' italiano" / Euro 2020 / Quarti / Belgio-Italia / 30 giugno 2021 / SOFOOT.com