Dicembre 8, 2022

DotCycle

Se sei interessato alle notizie italiane Today e rimani aggiornato su viaggi, cultura, politica, situazione pandemica e tutto il resto, assicurati di seguire Life in Italy

Avec la fonte des glaciers, un rifugio italien se retrouve… en Suisse !

Là-haut sulle montagne était un rifugio construit dans des temps immémoriaux en Italie. Les aleas del cambiamento climatico ont déplaced la frontière sur le glacier et aujourd’hui les deux tiers de la cabane perchée a 3480 mètres d’altitude se trouven toujours… en Suisse ! Il rifugio delle guide del Cervino, qui ofre le gîte et le couvert dans ce coin des Alpes parmi les plus prisés des adeptes de la glisse, a fait l’objet d’intenses négociations diplomaticiques pendant plus de trois ans, jusqu’à un compromis trouvé l’année dernière, non i dettagli restano segreti.

La posizione strategica della bâtisse attise les convoitises: elle è situata à la jonction de Zermatt-Cervinia, une des più grandi stazioni sciistiche al mondo, au cœur d’un progetto faraonico de modernisation. « On a partagé un peu la poire en deux », esplica le responsabili della frontiera nazionale suisse Alain Wicht, qui a pris part aux négociations où chacun made des concessions pour trouver « une solution pour que les deux se sentent sinon gagnants, au moins passi perdenti. »

Sur les glaciers alpins, la frontiera italo-svizzera si adatta alla linea di separazione degli eaux dont l’écoulement vers le nord marque le territoire suisse, et celui vers le sud, l’Italie. Le hic c’est que celle-ci a été modifiée par la fonte du glacier du Théodule qui, perdant près d’un quart de sa masse entre 1973 et 2010, a laissé place à la roche, forçant les deux voisins à redesiner quelques dizaines de metri di frontiera. Secondo Alain Wicht, si ces ajustements sont fréquents, ils se règlent generique en comparant les relevés réalisés par les équipes des deux pays, sans intervento politico.

READ  L'italiano Leonardo Spinasola con il tendine d'Achille

« Il faut savoir qu’on se bat avec des terrains de moindre valeur », note-t-il : « c’est le seul endroit où on avait tout à coup une bâtisse qui se situait », donnant une « valeur économique » au terreno. Ses collèges italiens declinante la questione della domanda di intervista en raison «de la situazione internazionale complessa». Le mystery contenu de l’accord negocié à Florence en novembre 2021 ne sera dévoilé qu’après son approbation par les authority – côté suisse, le sujet ne pourra être prêtente au Conseil Fédéral qu’en 2023, au plus tôt.

Ancien chef de la delegation suisse, Jean-Philippe Amstein è più loquace, esplicativo que ces différends se résolvente par un cambiamento di territorio di superficie e di valore simile. « La Suisse n’est pas interéssée à obtenir un bout de glacier », éclaire-t-il, et « les Italiens n’arrivent pas à compenser la perte de surface suisse ».

« Il menu è italiano, il vino è italiano e le tasse sono italiane »

Le gardien du rifugio, Lucio Trucco, 51 ans, a été informé qu’il resterait sur le sol italien. « Le Refuge reste italien parce qu’on a toujours été italien », indique-t-il : « le menu est italien, le vin est italien, et les tasse sont italiennes ». Cess années de négociation ont retardé la rénovation du rifugio, aucun des village des deux câtes de la frontière n’étant en mesure de livrer le permis de construire.

Les travaux ne seront pas terminés pour l’ouverture d’un nouveau téléphérique, qui permettre d’acceder au Petit Cervin, un des plus hauts sommetts skiables d’Europe (3.883 m) depuis l’Italie fin 2023, assurant une traversée des Alpes « avec les pieds au sec » per un costo stimato di 45 milioni di franchi (45,8 milioni di euro). La zona n’était accessibile que depuis Zermatt, que le ski d’été sur les 21 km de pistes du Glacier Aidé à devenir une des stazioni les plus prospères de Suisse.

READ  La Venezia provenzale incontra l'ora italiana

Alors que certees stazioni di montagne montuose se préparent à la fin du ski alpin à cause du réchaisement climatique, Zermatt-Cervinia fait durer le plaisir, même si ces activités contributor à la fonte du glacier. « C’est pour ça qu’il faut bien valoriser la zone ici parce que ça sera surement la dernière à mourir », difese Lucio Trucco. « On ski avec le soleil, au chaud, sans avoir froid aux pieds, et quand même dans une neige qui est bonne », dit-il. Pour l’heure, sur les cartes suisses, la frontière entourant il rifugio reste en pointillé.